dimanche 31 janvier 2010

C'est la faute à l'ingé son.

Hier soir, il y avait un concert rock au Cabaret Aléatoire, avec à l'affiche, entre autres, I am un chien. Vu que Popop m'avait filé leur mispace et que ça m'avait nettoyé les oreilles, on avait décidé d'aller voir si ça valait le coup sur scène.
Tout commence dans la file où forcement tu croises des gens que tu connais, mais que t'as pas forcement envie de voir et où un quadragénaire, ou presque, te branche et va faire de toi son ami de la soirée. Génial. Tu croises Mos Def, déguisé en vigile et t'accèdes enfin à la salle où il fait bon et où tu vas pouvoir te désaltérer avec de l'Heineken.

Les hostilités commencent avec The Last, un p'tit groupe visiblement made in Marseille puisque notre quadra est l'ami du beau frère du père du guitariste de droite, enfin tu vois le délire. Que te dire sur The last, si ce n'est que leur son ne sonne pas trop rock français et que c'est pas mal, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard. Y'a comme bien souvent un premier rang qui connait, forcement et qui ambiance un peu le truc, mais j'ai déjà oublié à quoi ressemblait leur musique.

Suivent Splash Macadam, j'suis pas super fan du rock qu'ils distillent, mais au fur et à mesure, force est des constater que je suis rentré complètement dedans leur délire. Un rock puissant, nerveux et qui ne cache pas ses influences. Si bien qu'à un moment je me suis demandé s'ils avaient repris Black Math des White Stripes ou s'il s'agissait d'un de leur titre tant la ressemblance était frappante. Comme leur musique était propice au pogo, j'en ai profité pour faire quelques trous dans cette masse molle et jeune qui pogotait avec l'ardeur d'un mollusque. Le trio efface largement la prestation précédente, affichant un niveau largement supérieur. Tu peux d'ailleurs écouter quelques titres sur leur mispace, dont Mexico qui envoie vraiment bien sur scène.

Viennent The Dodoz, alors il paraît que c'est bien, il paraît que ce soir c'était la tête d'affiche pour ainsi dire, même s'il ne clôture pas le set. En tout cas ils clôturent le passage de trois groupe qui nous servent un rock très british, car I am un chien, eux balancent un rock électro surpuissant.
Pas vraiment envie de m'étaler sur The Dodoz, j'ai juste pas accroché de bout en bout. Le son poussé à fond, comme si cet excès de puissance conférait une vraie puissance à leur musique. Le début du set de I am un chien était moins fort, mais ne manquait pas de puissance pour autant. Leur batteur sort des trucs pas piqué des hannetons et le reste de la formation ne suit pas vraiment. Sur leur troisième titre, il sort un rythme en forme de break, qui enlève bien, et le gratteux se contente de riff ultra simple, c'est d'un chiant, j'vous jure...

Le quadra revient nous brancher pour la troisième fois, il se dit à la recherche d'une vieille :) et nous apprends que The Dodoz est en fait super connu, qu'ils ont fait la première partie de Franz Ferdinan aux Arènes de Nîmes, mais nous on s'en fout, on a pas aimé. La seconde fois il était venu prendre notre température, sur The Last disant qu'ils avaient encore du chemin à faire, mais que tu comprends, ils font leurs études en même temps c'est pas facile.
Y'a un lyonnais qui est venu gratter une clope à Popop, et avec qui on a parlé de The Dodoz, encore une fois, c'est agaçant. Et pour la deuxième fois de la soirée, j'entends que si on entendait pas bien la voix c'est la faute à l'ingé son. Mais oui, ça ne peut venir que de là. La première fois j'avais entendu ça, en allant pisser à propos du son de The Last.

On parle on parle, mais I am un chien commence. Wave direct. Ça te poutre sévère. Ça relègue tout le reste aux oubliettes. Aller on a pas attendu pour rien, ça va défigurer grave. Le son est bon, les mecs envoient salement. Ça bouge dans tous les sens, c'est plus que nerveux. Les rythmiques sont simple et efficace, la foule se devise la tête de haut en bas. Et I am un chien offre une diversité de son que les autres n'ont pas su apporter. Aidé par JRF de Stuck in the sound qui n'est autre que le frère du guitariste chanteur du groupe, ils nous servent des titres plus "calmes". Le second etant carrément plus trip hop... Que dire de plus sinon que pour moi I am un chien a clôturé cette soirée de la meilleure façon qui soit, c'est à dire en poutrant sévère.|

Citation : "Prudence est mère de famille"
Humeur : bonne.
J'écoute : Wave d'I am un chien.
Je regarde : The shield, saison 4.
Je joue à : Mass Effect sur xbox tree sixty.

Posté par Me Myself n I à 03:03:00 PM - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur C'est la faute à l'ingé son.

    :)

    hey, content que cela t'es plus!!! Et en effet c'est black maths qu'on a joué c la seule reprise qu'on fait^^

    Posté par tommy splash, jeudi 4 février 2010 à 06:29:45 PM | | Répondre
  • Pas sympa pour l'ingé son !!!! y a tjrs des mauvaises langue...Sinon pas moyen d'avoir un lien direct sur cet article...ps : peux tu revoir le tir ? j'aimerai bien le diffuser...Salut! Vali Manager Splash Macadam

    Posté par Vali, lundi 12 avril 2010 à 11:51:55 AM | | Répondre
Nouveau commentaire