mercredi 26 août 2009

Inglourious Basterds

inglourious_basterds_affiche_2



Quentin Tarantino compte parmi mes réalisateurs favoris. Dès qu’il propose un nouveau film, je suis souvent impatient de voir le résultat. Excepté "Jackie Brown" je n’ai jamais été déçu par les films du bonhomme.

Oui mais voilà, personne n’est infaillible, et "Inglourious Basterds" s’ajoute à "Jackie Brown" parmi les films en queue de file de Tarantino à mon goût. Mais pourquoi donc ? La bande annonce donnait sacrément envie pourtant.

La première scène du film est magistrale, un dialogue savamment orchestrés comme Tarantino sait nous en servir. C’est tendu, ça commence vraiment bien et ça explose au bon moment. Christoph Waltz montre déjà qu’à chacune de ses apparitions il va dominer le film. Le reste du casting est plus qu’alléchant, et je ne citerais que Diane Kruger et Mélanie Laurent – qui au passage à des ongles étranges… - pour ne pas faire trois pages d’éloges sur le line up du film :).

Aussi bon que soit Brad Pitt, il ne bouffe pas l’écran comme Waltz, qui sert un personnage puissant et survolté. Le plus fin de tous. L’apparition de l’Ours Juif, campé par Eli Roth – que je préfère devant plutôt que derrière la camera -, est vraiment bien gérée et un moment fort du film, entres autres. On ne voit pas tant que ça les "Basterds", dommage.

On retrouve les touches particulières du cinéma de Q. Tarantino : présentations fortuites, polices d’écritures, et bande originale bien sentie (mais moins bien senties qu’auparavant).

Malheureusement j’ai trouvé au film des longueurs et un goût d’inachevé en voyant apparaître le mot fin. L’avant dernière scène est magnifique de rage et d’énergie, je n’en dirais pas plus. Le point d’apogée d’un film parfois lent et ennuyeux.

Ce qui me pousse à écrire cette courte chronique et à la faire suivre d’un léger avertissement c’est que je pense que mon avis est biaisé. J’attendais plus de ce film, j’attendais plus d’énergie, plus de folie à l’image da la première bande annonce.

Je pensais voir plus souvent les "Basterds" à l’œuvre, dans leur activité principale qui semble être en plein boom dans le film :).

Alors c’est un avis mitigé qui ressort et non définitif, car maintenant que je sais à quoi m’attendre, j’apprécierais peut être les subtilités – s’il y en a – lors d’un autre visionnage. 

N.B. : dans l’affiche présentée ci-dessus, se cache le tire qu’aurait du porter le film, bien moins accrocheur et bien moins vendeur que son titre final.


Commentaires sur Inglourious Basterds

Nouveau commentaire