vendredi 27 octobre 2006

Nocture

Impossible de dormir. Je me suis decallé depuis le week end du resto et j'ai encore du mal à me coucher avant 1h du mat'.
Ce n'est pas la fatigue qui manque, mais un aflu de questions auquelles je suis tout bonnenement incapable de répondre.
Face aux propositions de mon employeur pour le renouvellement de mon contrat, je ne sais comment me positionner. Pas de réelle hausse de salaire (vive le smic so), un directeur technique qui s'efface & du coup j'vais devoir palier à cette absence. On me demande d'aller au dela de l'ordre, de prendre plus d'initiatives.
Je me demande à quel point je suis pret à m'impliquer dans le bon fonctionnement de la compagnie qui m'emploie. Je me dis, dans un même temps c'est peut être un challenge à relever et qu'il est temps de murir.
D'abord je ne suis pas sûr de pouvoir assumer d'être une sorte de "chef d'équipe" et d'avoir deux ou trois gars sous ma responsabilité... Et je ne suis pas sûr de le vouloir.
J'avoue que je préfère encore être sous les directives de quelqu'un qui sait ce qu'il fait.
J'estime que dans le metier du spectacle je n'ai pas assez d'experience pour avoir ce genre de poste.  Je me dis aussi qu'il faut bien commencer un jour...

Tout ça me tracasse et l'ecrire, le publier ici ne changera strictement rien. C'est ça qui est formidable aussi, j'ai beau percevoir l'ecriture comme une sorte de therapie, d'auto-analyse, de defouloir, il est clair que je n'ai ni la maturité, ni le recul pour en retirer quelque chose de vraiment interessant et utile.
la publication sur un blog est un acte profondement nombriliste et egocentrique et j'avoue que j'en suis. Et puis c'est tellement plus facile derrière son écran.
Ce melange d'envie de reconnaissance en gardant un anonymat quasi-complet. Qu'on foute des photos, des vidéos, des sons, des pensées de nous, seuls quelques internautes nous connaissent plus que le visiteur lambda, mais parfois le contact n'est pas toujours réel. Ce n'est que conversation netique et autre contact abstrait...
Mais là je m'egare complètement...

Autre chose me tracasse, me decourage. Il s'agit de l'avenir de qu'il est osé d'appeler encore "un groupe".
Qu'est ce devenu? D'un line up de 6 personnes idéallement on se retrouve à 3... les deux membres fondateurs et le bassiste qui nous avait rejoint peu de temps après la formation du groupe. C'est bien simple, il ne se passe rien, le vide musical, l'antithèse de la création, non pas géniale - je n'irai pas jusque là- mais au moins efficasse. Rien de motivant.
Je sais, je l'ai bien cherché en laissant tomber le rôle de leader que je tennais dans ce groupe. Bientôt deux ans d'existence et RIEN, BORDEL, RIEN!
Quelle est ma part de responsabilité réele dans ce nauffrage artistique, si tu me permets de me prendre pour un artiste, hein... Je suis sidéré par le fait de vouloir à tout prix poursuivre un but qui semble aussi possible à atteindre que la lune en sautant à pieds joints.
Le pire je crois, c'est que si rien ne se passe, que ce lambeau de groupe s'etiole encore et encore, j'aurai la très nette impression de n'avoir rien appris, rien mené à bout, bref un sentiment de frustration intense dont je me passerai bien.
Je ne sais plus que faire, pour que le co fondateur de ce projet comprenne qu'il est temps de ressaisir le truc et vite! Je ne sais plus que faire pour provoquer le declic qui le fera s'impliquer, se depasser et se nourrir musicallement.

Tout plaquer ne serait ce pas ceder à la facilité, partir quand tout va mal, ne pas laisser de chance?
Et l'inverse, persister? Pour quelles raisons, dans quel but, dans quelle mesure?
La crise des 25 ans?
Sérieusement j'en doute, tout arrive post quart de siècle et je n'y vois aucun lien (fils unique).

Posté par Me Myself n I à 08:15:00 PM - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Nocture

    Aucun lien aucun lien, j'ai l'impression de lire mon frère l'an dernier après avoir fêté ses...25 ans.
    Même genre de remise en question, même style de discours, même négativisme...m'enfin, moi j'dis ça, j'dis rien...sourire

    Bisous

    Posté par Lola, vendredi 27 octobre 2006 à 11:33:43 PM | | Répondre
  • mais non

    je sais pas, franchement mon employeur me propose rien de motivant. surtout que l'adiministrateur à la facheuse manie de repasser parés le travail de chacun, ça te donne l'impression de faire de la merde. en même s'il savait ce qu'on pense réeleement de lui, et mon groupe n'avance vraiment pas du tout... même sous l'emprise d'un jameson et de trois paddy je suis encore censé, etrange...

    Posté par Me Myself n I, samedi 28 octobre 2006 à 12:51:25 AM | | Répondre
Nouveau commentaire